Quels sont mes besoins?

Cette question peut paraitre anodine et simple, voire simpliste. Nous allons voir qu’en réalité, la clarification des besoins se trouve au centre d’une thérapie réussie. C’est-à-dire qu’une personne qui a réussi à bien définir son ou ses besoins, seule ou accompagnée, atteindra son objectif beaucoup plus rapidement et de manière optimale. En effet, quelqu’un qui ne sait pas définir ses besoins restera dans le flou et aura peu de chance de résoudre sa problématique.

Avant toute chose, il me semble important de faire la différence entre désir et besoin. Un besoin révèle de la nécessité alors que le désir se rapporte au choix et à la notion de plaisir. Par exemple : j’ai besoin de boire et je désire boire de l’eau ou alors du coca.

Concernant les besoins, ils peuvent être regroupés en plusieurs catégories. Le psychologue Abraham Maslow, dans les années 1940 à travers sa célèbre pyramide des besoins, a hiérarchisé 5 types de besoins :

  • Besoin physiologique (lié à notre corps : nourriture, sexualité, respiration, sommeil, élimination)
  • Besoin de sécurité (lié à notre environnement : habitat, emploi, santé)
  • Besoin d’appartenance (lié à notre environnement social)
  • Besoin de reconnaissance et d’estime
  • Besoin de Réalisation de Soi

Ce système sert de base à de nombreux thérapeutes et permet un très bon travail de fond. Je fais, cependant, partie de ceux qui pensent que cette classification est quelque peu obsolète, car incomplète et la structure pyramidale suggère l’idée que les besoins physiologiques seraient moins « importants » que les autres besoins. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ce présupposé. Par ailleurs, nous observons bien autour de nous que nous sommes dans un monde en mutation dans lequel le modèle pyramidal et vertical est en train de laisser la place à un modèle sociétal transversal, avec des connexions en réseaux.  Aujourd’hui, les psychologues travaillent plus volontiers avec des modèles par exemple en étoiles, donc sans hiérarchie entre les différents besoins et avec des catégories supplémentaires notamment le besoin d’éternité qui est un besoin émergent de notre société.

A présent, nous allons voir pourquoi il est difficile de connaitre ses différents besoins.

En ce qui concerne les besoins physiologiques, la majorité d’entre nous sommes coupés de nos ressentis physiques. Autrement dit, nous écoutons rarement notre corps ! Lorsque survient un symptôme, nous cherchons de manière générale à le faire disparaitre. Par exemple, la peau est un des émonctoires du corps (c’est-à-dire une porte de sortie des déchets) et en présence de boutons, nous avons été conditionnés à les dissimuler et ce, le plus rapidement possible, dans un souci de perfection. Merci Photoshop et les publicitaires ! Notre corps nous envoie un message que nous occultons. Derrière ce message se trouve un besoin. Dans le cas d’un bouton, il peut s’agir d’un besoin physiologique d’élimination qui trouve peut-être sa source dans l’ingestion d’un aliment qui ne nous convient pas.  Ceci est un exemple significatif du rapport de déni que nous entretenons avec notre corps. La solution sera dans l’introspection de son propre corps. Il est intéressant d’écouter à nouveau les messages envoyés, les signaux du corps pour se reconnecter progressivement à nos besoins physiologiques. Et une fois que nous avons entendu un besoin, il sera plus facile de prendre les mesures pour y répondre de manière ciblée. Par exemple, si tel aliment nous donne systématiquement des boutons ou des maux de ventre, il suffit de le remplacer par un autre aliment de la même catégorie, pour ne pas créer de carences. L’alimentation industrielle et notamment l’ingestion d’acides gras Trans et de sucres raffinés nous coupe de notre corps, de nos émotions et de nos ressentis.Pour rétablir une bonne communication avec son corps, il est nécessaire de se libérer progressivement de cette pseudo-nourriture qui anesthésie nos sensations et nos émotions.

Par ailleurs, j’ai remarqué à travers mes différentes formations et activités, notamment la sophrologie, le chant et le théâtre, que la plupart des personnes ne respirent pas entièrement. La majorité d’entre nous vivent en apnée, en bloquant l’air inspiré au niveau du diaphragme. Lorsque l’on pratique la respiration abdominale, les émotions profondes refont surface et donc, peuvent être libérées. Ainsi, nous rétablissons le contact avec nous-même.

Pour les autres besoins, il est également important de se reconnecter à soi, plus particulièrement à la partie de soi, que certains appellent le cœur ou l’âme ou même l’instinct, peu importe. C’est notre petite voix, celle qui chuchote, qui parle tout doucement. Steven Spielberg en parle dans ces termes  » c’est elle qui a chuchoté à Abraham Lincoln et à Oskar Schindler de prendre la bonne décision morale » ou encore  » ta conscience te dit voilà ce que tu devrais faire alors que ton instinct te chuchote voici ce que tu pourrais faire » Pourquoi est-ce important de se reconnecter à son instinct pour entendre ses réels besoins ? Cela est nécessaire parce que nous vivons dans une société qui nous a créé des faux besoins. Tout comme le bon chasseur et le mauvais chasseur, il y a le bon besoin et le mauvais besoin. Et oui, nous n’avons pas besoin d’un iPhone ni de regarder certains programmes télévisuels et encore moins d’aller au Mac Do !

Quels sont nos autres besoins ? Évidemment, une stabilité, de la sécurité, une reconnaissance sociale.  A un certain moment de notre vie, nous pouvons avoir besoin de nous réaliser pleinement. Et cela passe par des chemins propres, individuels et tous différents. Donc, nos besoins sont nécessairement des besoins spécifiques et non formatés par la société. A nous de faire le chemin pour aller les découvrir.

Un besoin que nous ayons tous en commun est celui d’amour inconditionnel. Qu’est-ce-que l’amour inconditionnel ou universel ? Ce n’est pas l’amour conditionné à un statut social, un physique, un métier ou un comportement. L’amour inconditionnel, c’est l’acceptation de l’autre, peu importe ses actes, ses paroles ou son apparence. L’amour conditionné, c’est par exemple « je t’aime uniquement si tu m’aimes » « je te reconnais uniquement si tu me reconnais. » « je t’aime uniquement si je vois que les autres t’aiment. » Cet amour inconditionnel a été abordé par Albert Einstein à la fin de sa vie qu’il a décrit comme la quintessence de la vie et la force unificatrice de l’Univers…

Et vous, quels sont vos besoins ? Votre vie y répond-elle ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *